ACTUS

 

RETROFIT ÉLECTRIQUE – ET VOTRE VOITURE RENAÎT

 

logo_for_invoice.jpg

TELECHARGER LE DOCUMENT

 

Autorisée en France depuis le mois d’avril, la transformation d’un véhiculé thermique en véhicule électrique (rétrofit) vise à lui donner une seconde vie, plus écologique.

Nos voitures essence ou diesel émettent beaucoup de gaz à effet de serre. Faut-il s’en séparer pour acquérir un modèle électrique, plus vertueux ? Pas forcément. Depuis le mois d’avril, l’État autorise le rétrofit électrique, c’est-à-dire la transformation d’un véhicule thermique en véhicule électrique à batterie, (ou à pile à combustible hydrogène, dans les prochaines années).

« L’opération consiste à changer le moteur et toute la chaîne de traction du véhicule, c’est-à-dire le réservoir, le pot d’échappement… » explique Arnaud PIGOUNIDES, fondateur de Rétrofuture Electric Véhicules et président de l’association Acteurs de l’industrie du rétrofit électrique (AIRe). Les espaces libérés sont comblés par le moteur électrique et ses batteries.

DE NOMBREUX ATOUTS

Seuls les véhicules circulant depuis au moins cinq ans peuvent bénéficier du rétrofit, selon la réglementation. « La transformation doit être réalisée par une entreprise agréée, seule capable d’homologuer le véhicule nouvellement électrique. Chaque entreprise dispose d’agréments pour des types de véhicules », indique le président d’AIRe.

Pour convertir le vôtre, il faut passer par un transformateur qui dispose de l’agrément idoine. Pas toujours évident, dans un marché balbutiant. Le site de l’association en répertorie une dizaine. Une recherche sur Internet permet d’en dénicher quelques autres, non-adhérents. La transformation est garantie deux ans au minimum et les batteries dix ans.

La conversion présente plusieurs avantages. D’abord, permettre des économies sur le carburant : l’énergie coûte quatre à six moins cher au kilomètre. L’entretien est bien moins lourd. Ensuite, il n’y a pas d’émission de gaz à effet de serre, ni de particules fines. Votre voiture peut circuler dans les villes où l’accès sur Crit’Air 0 est nécessaire. Enfin si votre véhicule est ancien, vous lui donnez une seconde vie.

Une motorisation électrique, fait gagner une dizaine d’années d’utilisation et évite la production d’une nouvelle carrosserie, de nouveaux sièges, etc. Autant d’émissions de CO2 en moins.

UNE VOITURE ÉLECTRIQUE NEUVE RESTE PLUS CHÈRE

            Le rétrofit coûte une dizaine de milliers d’euros pour une petite citadine. À titre de comparaison, acheter une voiture électrique neuve comme la Renault ZOÉ coûte 20 000 à 25 000€ avec l’acquisition des batteries et en prenant en compte les aides (bonus, prime de conversion). Le coût de l’opération peut être réduit par la nouvelle « prime au rétrofit électrique » de 2500€, portée à 5000€ pour un revenu fiscal de référence inférieur à18000€. Le télé service de demande de prime devrait bientôt être disponible.

Pascal NGUYËN

BON À SAVOIR : Selon la Fédération Française de l’assurance, la transformation de la motorisation du véhicule est une modification importante des caractéristiques techniques. Il faut donc en informer l’assureur pour qu’il puisse adapter le contrat et, le cas échéant, la tarification à la hausse ou à la baisse. L’assuré doit effectuer cette déclaration dans les quinze jours.



QUELLE HUILE UTILISER POUR QUELLE CUISSON ?

QUELLE HUILE UTILISER POUR QUELLE CUISSON ? [...]

IMPOT SUR LE REVENU LE NOUVEAU BAREME 2021

Les tranches du barème progressif utilisé pour le calcul de l'impôt sur le revenu sont revalorisées de 0,2 % à partir du 1er janvier 2021. Cette revalorisation est fixée en fonction de l'évolution des prix à la consommation hors tabac de 2020 par rapport à 2019. Les personnes qui déclarent plus de 10 084 € de revenus sur l'année devront payer l'impôt sur le revenu (au lieu de 10 064 € l'an passé). C'est ce qu'indique l'article 4 de la loi de finances pour 2021. [...]

LA FIN DES NUMEROS SURTAXES POUR JOINDRE LES ADMINISTRATIONS

Depuis le 1er janvier 2021, appeler une administration ne peut pas coûter plus cher que le prix d'un appel local. Les administrations et les organismes chargés d'une mission de service public doivent désormais proposer un numéro d'appel non surtaxé et non géographique pour permettre d'obtenir un renseignement, d'entreprendre une démarche ou de faire valoir ses droits. Cette mesure avait été prévue à l'article 28 de la loi pour un État au service d'une société de confiance (dite « loi Éssoc ») votée en 2018 [...]